Yvette Théraulaz

à découvert de manon pulver

mars 2012  à découvert de manon pulver

Mise en scène Daniel Wolf

Yvette Théraulaz joue Mme Paméla Brenner, la mère.
Stella a quarante ans aujourd’hui. La famille se réunit, on sabre le champagne, on essaie de faire vite: chez les Brenner, on n’aime pas le déballage. D’ailleurs, la maison familiale a été transformée en galerie d’art contemporain et il ne faudrait surtout pas que du désordre puisse surgir. Mais voilà que la mère arrive en retard.

lire la suite

Elle a amené le beau-père, qui a amené son chien, qui a tôt fait de se soulager sur le sol de la galerie: «Ce n’est pas sa faute, tout ce vide, ça déstabilise». Le tableau de famille est souillé. C’est le moment de régler ses comptes, à découvert. Il était temps: les Brenner sont au bord de la faillite.
Cela se passe tout près de nous, au bord du lac Léman. Tout près de nos catastrophes personnelles, quand la famille est en crise et que les générations s’opposent, quand le temps est venu de négocier le tournant de la quarantaine. Mais à travers les conflits qui animent le foyer Brenner se révèlent aussi les paradoxes et les bizarreries de notre société. L’intimité de la famille devient alors le terrain d’une analyse, mordante et drôle, du monde contemporain.

Manon Pulver est auteur et dramaturge. Ses textes ont été mis en scène notamment par Marie Vayssière et André Steiger.

Daniel Wolf est comédien et metteur en scène. Il travaille depuis plus de vingt ans au sein d’institutions et de compagnies indépendantes en Suisse romande. Il a récemment mis en scène un texte de Jon Fosse, Hiver, au théâtre Le Poche à Genève.
Après Au bout du rouleau, créé en 2007, le tandem fait son retour à la Comédie.

avec Elodie Bordas / Cédric Dorier / Thierry Jorand / François Nadin / Viola von Scarpatetti / Yvette Théraulaz
scénographie
Michel Faure et Carmen Perrin
costumes
Anna Van Brée
lumière
Michel Faure
vidéo
Michel Favre
mobiliers et accessoires
Noëlle Choquard
assistant à la mise en scène
Cédric Dorier


A découvert


masquer le texte



COMME UN VERTIGE

mars 2011  COMME UN VERTIGE

Spectacle musical d'Yvette Théraulaz créé à la Comédie de Genève / Mise en scène François Gremaud

Yvette Théraulaz a 64 ans. Elle n'en fait pas tout un plat, parce qu'elle est plutôt comédienne que chef cuistot. Alors, elle le met en mots. Avec une crudité sincère et touchante, une façon de poser son cœur sur la table avec élégance et un humour féroce. Oui, elle le pose là son cœur, s'amuse à le regarder tel qu'il est et s'émerveille de le voir battre encore si fort. Car la vie est courte et le désir infini.

lire la suite

Sa voix a gardé toute sa douceur, son inflexion malicieuse et a gagné quelques fragilités pour nous séduire. On sent la jeune fille intérieure poindre derrière la femme mûre et dégager un mélange singulier de sensations, entre tendresse et dérision, révolte et nostalgie. Elle revisite Madame rêve de Bashung ou Harley-Davidson de Gainsbourg et quand elle demande encore quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule?, elle donne à ces standards une toute nouvelle saveur.
Pénétrant le temps des dernières fois, elle se remémore les premières et son retour sur le passé donne comme un vertige. Qu'est-ce qu'une vie ?
Parce qu'elle est toujours ivre de vivre, ivre d'aimer, ivre de célébrer le théâtre et la vie, elle choisit de se confronter à un jeune metteur en scène pour l'emmener ailleurs, dans un univers épuré où être vraie. A regarder cette force, cette générosité et cette sincérité qu'elle nous offre, en étant incroyablement drôle et attachante… on espère devenir vieille comme elle !
Mélanie Gollain

UNE FEMME PUISSANTE…
Ce n'est pas le temps qui passe, c'est nous qui passons dans le temps, rappellent les astrophysiciens. Parmi les artisans du temps qui le sculptent, lui donne son ampleur ou ses fulgurances: les comédiens et comédiennes.
Yvette Théraulaz, c'est une vie entière consacrée à la scène. Sur scène, avec elle, le temps n'existe plus; il devient son corps, sa voix, chaque action qu'elle déploie dans l'espace de la représentation. Le temps d'une telle artiste n'est pas exactement celui du commun des mortels.
Glaneuse exigeante, Yvette Théraulaz rassemble dans ce tour de chant les morceaux choisis du temps filé sur les planches. Espiègle et mélancolique, c'est avec l'élégance qui la caractérise, qu'elle fait, au détour d'un silence, l'aveu d'une vie qui n'a pas toujours su exister en dehors d'elles.
Femme puissante, dans l'esprit d'une héroïne de Marie N'Diaye, elle chante les blessures et les failles pour mieux les apprivoiser. Et les transformer. Sans fausse pudeur. Avec Yvette Théraulaz, "la politesse du désespoir" est toujours à fleur de mots. Après la larme qu'on dissimule, le rire pour triompher de tout.
Le vertige qu'elle nous invite à partager est celui d'une vérité sans fard, devenue exotique dans un monde d'apparences outrancières.
Dans ce spectacle, si la mélancolie nous enveloppe d'un châle sensuel, c'est l'ardent désir de vie qui embrase nos cœurs.
Anne Bisang

mise en scène FRANCOIS GREMAUD / interprétation YVETTE THERAULAZ / musiciens PETER BAUMANN / marimba et percussions ARTHUR BESSON / banjo et clarinette basse
DENIS CROISONNIER / accordéon NELLY FLUCKIGER / dramaturgie STEFANIA PINNELLI YVETTE THERAULAZ / arrangements, direction musicale LEE MADDEFORD / scénographie
DAVID DEPPIERRAZ / lumière JONAS BUHLER / sonorisation CHRISTOPHE SUCHET / costumes INGRID MOBERG / assistante à la mise en scène CATHERINE DELMAR / construction décor GILLES PERRIER, ALAIN CRUCHON, BALTHAZAR BOISSEAU, FADRI PINOSCH, VICTOR ROY / peinture décor PASCAL BURRI / production COMEDIE DE GENEVE

La tournée
Du 8 au 15 décembre 2011 Théâtre Kléber-Meleau
Le 20 janvier 2012 au Rabelais à Meythet (France)
Le 21 janvier 2012 au Théâtre de l'Arbanel à Treyvaux
Le 22 janvier 2012 au Delémont à Delémont
Le 27 janvier 2012 au TPR à la Chaux-de-Fonds
Le 29 janvier 2012 au CPO à Lausanne



COMME UN VERTIGE


masquer le texte



Barbelo, à propos de chiens et d'enfants de Biljana Srbljanovic

sept. 2009  Barbelo, à propos de chiens et d'enfants de Biljana Srbljanovic

Mise en scène Anne Bisang

L'action se passe aujourd'hui, dans la Serbie en transition. Chez moi, en bas dans un trou. Et autour. B.S.
Yvette Théraulaz joue le rôle de la femme à chiens à la Comédie de Genève puis tournée en Suisse, France, Belgique et Serbie

lire la suite

C’est donc une pièce à propos de chiens et d’enfants, de rôles inversés et
de situations renversantes. À propos d’un homme politique puissant, effrayé
par la boulimie de son fils de huit ans. À propos d’une jeune femme, sa
maîtresse, qui accouche d’un mystère mais pas d’enfant. D’un vagabond qui
appelle son chien « maman ». D’un flic qui n’aurait jamais quitté sa chambre
d’enfant. À propos d’errances et de retrouvailles. À propos d’un monde en
transition, sens dessus-dessous qui ne demande qu’à renaître. Une comédie
des commencements, une échappée belle, une fresque carnavalesque qui
nous entraîne sur les rivages de l’amour originel et de la métaphysique.
Un poème ample comme une tragédie grecque. Décoiffant comme une
fantaisie burlesque.

Avec : Fabrice Adde / Céline Bolomey / Gabriel Bonnefoy / Nicole Colchat / Armen Godel / Yvette Théraulaz / Jean-Benoît Ugeux / Lise Wittamer
scénographie Anna Popek
assistante à la mise en scène Stéphanie Leclercq
dramaturgie Stéphanie Janin
création lumière Laurent Junod
costumes Solo-Mâtine
création son Jean-Baptiste Bosshard
vidéo Alexandre Baechler
maquillages Arnaud Buchs
régie générale Edwige Dallemagne



masquer le texte



LA FORÊT d'Alexandre Ostrovski

janv. 2009  LA FORÊT d'Alexandre Ostrovski

mise en scène Philippe Sireuil

Prête à tout pour assouvir sa soif d'amour. Au Théâtre de Carouge, Yvette Théraulaz incarne la veuve roublarde de La Forêt du Russe Ostrovski (1823-1886). Elle joue Gourmijskaïa, la cinquantaine et des ardeurs de jeune fille en fleur

lire la suite

Gourmijskaïa qui trompe son monde, sous ses airs de douairière provinciale. Elle ruse, elle manipule, elle est le théâtre à elle seule. Et voilà que dans un halo d'automne, elle tombe le masque, désarmée à en pleurer devant sa servante scoliosée (épatante Janine Godi-nas). «Ne t'arrive-t-il pas de ressentir quelque chose quand tu vois un jeune homme?» Et sa domestique de répondre en vieille peau impudique, indiquant du doigt son sexe: «Oui, comme un petit nuage.»
Cette Forêt est ainsi, elle brûle, griffe, touche. Mais qu'est-ce que ce classique russe traité en farce et avec brio par le metteur en scène belge Philippe Sireuil? Une comédie sentimentale a priori. Sur une scène lambrissée et pentue, Yvette Théraulaz, impressionnante, machine sa romance. Elle palpite pour un jeune nigaud qu'elle a recueilli. Elle lui destine sa nièce, Axiou-cha, pauvrette qu'elle fait marcher à la baguette, pense-t-elle, manière de garder auprès d'elle le joli garçon. Parallèlement, elle vend sa foret en morceaux à un I marchand. Celui-ci se trouve
avoir un fils, amoureux... d'Axioucha.
Voilà pour l'intrigue. Mais La Forêt, c'est plus que cela. C'est d'abord le tableau assassin, manière Gogol ou Flaubert, d'une société vaniteuse et sotte. Ce sillon, Philippe Sireuil le creuse avec bonheur. Faux-culs et ventres de foire rembourrent une humanité qui se voûte et se tord, comique à force d'être vilaine.
La Forêt, c'est surtout une merveille d'hymne au théâtre. Deux acteurs débarquent chez la Gourmijskaïa. Le premier s'appelle L'Infortuné (Philippe Jeu-sette, quel coffre ! ), le second Le Veinard (Fabrice Schillaci). Us n'ont pas un kopeck, mais mille tirades dans la mémoire. L'infortuné, qui est aussi le neveu de la veuve, se fait passer pour un officier. Démasqué, il crache son mépris à la face de sa tante et de son entourage qui s'offusquent. C'est ravageur. Lui s'amuse: sa philippique est extraite des Brigands de Schiller.
Tout se joue ainsi sur la pente d'un monde perdu. Seuls les saltimbanques échapperaient à la débâcle, souffle Ostrovski. L'art comme salut. Douze comédiens impeccables incarnent cet idéal. Alexandre Demidoff

Mise en scène Philippe Sireuil
de la pièce d'Alexandre Ostrovski (1871)

Interprétation
Christelle Alexandre (Térionka)
François Beukelaers (Karp)
Olindo Bolzan (Milonov)
Janine Godinas (Oulita)
Philippe Jeusette (Infortunatov)
Michel Jurowicz (Boulanov)
Jean-Philippe Lejeune (Vosmibratov)
Bernard Marbaix (Bodaev)
Grégory Praet (Piotr)
Fabrice Schillaci (Fortunatov)
Yvette Théraulaz (Gourmyskaia)
Edith Van Malder (Axioucha)

Scénographie Vincent Lemaire, Philippe Sireuil
Costumes Catherine Somers
Lumières Philippe Sireuil
Création des maquillages Catherine Friedland
Musique David Quertigniez
Assistanat à la mise en scène Christelle Alexandre
Perruques Catherine Friedland
Production Théâtre National de Belgique (Bruxelles)


« Yvette Théraulaz, la musique d’une vie » par Marie-Pierre Genecand

(publié dans Le Temps le oct. 2013)

« Ce dimanche, Yvette Théraulaz reçoit l’Anneau Hans Reinhart, la plus haute distinction théâtrale suisse. »

lire l'article


masquer le texte



HISTOIRES D'ELLES  / Spectacle musical d'yvette théraulaz

oct. 2008  HISTOIRES D'ELLES / Spectacle musical d'yvette théraulaz

Dramaturgie Yvette Théraulaz et Stefania Pinnelli / Mise en scène Jean-Paul Wenzel

Une voix pour toutes. Captivante, émouvante, drôle, jubilatoire, subjuguante. Yvette Théraulaz traverses ses Histoires d'elles avec force et délicatesse, ouvrant une fenêtre sur la condition féminine que l'on n'a pas envie, malgré ses "impossibilités", de refermer. Soutenue par trois instrumentistes (Noémie Cotton, Anne Gillot et Sara Oswald), la comédienne se montre brillante.

lire la suite

Sur les planches de la salle Gérard-Carrat, dans une mise en scène sobre et élégante de Jean-Paul Wenzel. Yvette Théraulaz évoque sa mère et se raconte elle-même. Elle le fait à travers ses propres textes, narratifs, poétiques ou analytiques, sur la triste beauté desquels elle greffe, inspirée, de nombreuses chansons. Le spectacle est total. Entre rires et larmes, Yvette Théraulaz vit, plus qu'elle ne joue, le drame de la modernité, tissé de douleur, d'espoir et d'intelligence. Une réussite confondante qui laisse augurer une délicieuse cinquantième saison au Théâtre de Carouge.
Emmanuel Pinget in Le Courrier 20 septembre 2007

Présentation du spectacle
Deux histoires s'enlacent, la grande et la petite. Elles se mènent de front. Aujourd'hui, une femme se souvient de sa mère et raconte, à travers elle, l'histoire des femmes et de leur lente émancipation. Car à l'âge de 20 ans, elle s'est aperçue que sa mère, jusque-là son modèle, était encore une mineure en politique, sans droit de vote à quarante ans passés. À partir de cette cassure, de cette révolte, Yvette Théraulaz a vécu les luttes féministes dès les années 70. Ses batailles pour les droits des femmes ont souvent passé par les chansons qu'elle a données à ses publics, textes qu'elle a écrits, musiques qu'elle a composées et aussi divers titres qu'elle a repris par exemple d'Anne Sylvestre. Femmes
Le point de vue d'Yvette Théraulaz s'est aussi exprimé dans sa trajectoire de comédienne, au Théâtre Populaire Romand, au Centre Dramatique de Lausanne et à travers le théâtre d'intervention politique. Dans ce nouveau spectacle en chansons, elle raconte des histoires toutes simples, de ses premières indignations, des instantanés repiqués de la vie quotidienne et des moments chaleureux de lutte, tirés de sa vie et rejoignant la grande Histoire de millions d'hommes et de femmes. Son approche tendre nous ouvre aussi à d'émouvantes perspectives.

Avec
Yvette Théraulaz, chant / Noémie Cotton, accordéon / Anne Gillot, clarinette basse et flûte / Sara Oswald, violoncelle, contrebasse et ukulélé

Dramaturgie Yvette Théraulaz et Stefania Pinnelli / Mise en scène Jean-Paul Wenzel / Arrangements et direction musicale Lee Maddeford / Scénographie David Deppierraz / Costume Cissou Winling / Eclairages Eusebio Paduret / Textes et musiques Yvette Théraulaz, Anne Sylvestre, Viviane Forrester, Georges Brassens, Jean Ferrat, Michel Berger, Guy Marchand, Jean Tardieu, Chritine Gailly.

Suite à la création triomphale du spectacle "Histoires d'Elles" au Théâtre de Carouge en 2008, Yvette Théraulaz, accompagnée de Noemie Cotton, Sara Oswald et Megumi Tabuchi part en tournée :

Théâtre de Vidy, Lausanne
du 28 octobre au 16 novembre 2008

Esprit Frappeur, Lutry
27, 28 février et 1er mars 2009

Comédie, Genève
7 mars 2009

Centre Culturel Régional, Delémont
8 mars 2009

Amphithéâtre Pt-Claix, France
10 mars 2009

Train Théâtre Ptes Valence, France
11 mars 2009

Rabelais Meythet, France
12 mars 2009

Halles de Sierre
14 mars 2009

Théâtre Benno Besson, Yverdon
17 mars 2009

Théâtre du Passage, Neuchâtel
du 19 au 22 mars 2009

Alambic, Martigny
26 et 27 mars 2009

La Gare aux Sorcières, Moléson
28 mars 2009


Histoires d'Elles


masquer le texte



page  ◄◄   2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17  ►►



copyright Yvette Théraulaz - conception et réalisation Fabrique d'images