Yvette Théraulaz

Prix culturel Leenaards 2018

sept. 2018  Prix culturel Leenaards 2018

Fondation Leenaards - Lausanne

Yvette Théraulaz reçoit le prix culturel Leenaards

lire la suite

Yvette Théraulaz, laudatio

Chère Yvette Théraulaz, je ne sais pas si le Prix qui vous est décerné aujourd’hui couronne davantage la comédienne ou la chanteuse, l’artiste ou la femme. Il y a chez vous tant de talents cumulés qu’on ne peut pas les démêler. Comédienne qui chante, comme vous vous qualifiez vous-même, vous êtes à prendre entière, dans la plénitude de votre singularité.

Les membres du jury du prix Leenaards qui vous ont distingué ne disent pas autre chose. Ils évoquent votre présence lumineuse, simple et généreuse, votre conscience politique et sociale, votre défense des droits des femmes, qui font de vous l’une des artistes les plus marquantes du théâtre suisse, et déjà couronnée comme telle, en 2013, par l’Anneau Reinhart.

C’est une trajectoire incroyable, parce qu’aucune formation, aucun héritage ne vous destinait à monter sur une scène. Votre famille gruérienne a dû émigrer à Lausanne pour que votre père puisse vivre de sa profession de laitier. Alors bien sûr, il y a dans cette enfance l’expérience de l’injustice telle que l’ont vécue ces exilés catholiques en terre protestante, ces Fribourgeois accusés de venir manger le pain des Vaudois; et il y a aussi, par eux, la transmission de valeurs décisives, la droiture, l’honnêteté, l’humilité fière dont on retrouvera la trace dans vos spectacles et dans vos chansons, dans votre sensibilité aux mots du quotidien, aux réalités des « gens minuscules », selon votre belle expression.

Tout cela peut féconder des colères ou des envies de combat. Mais comment expliquer votre envol vers le théâtre, sinon par une passion venue d’ailleurs encore, irréductible aux circonstances? C’est elle qui vous conduit au Conservatoire d’art dramatique de Lausanne où vous êtes admise par dérogation à l’âge de 14 ans. Et puis, deux parrains vous encouragent : pour le chant, c’est Michel Corboz, via le Petit Chœur où vous vous êtes inscrite, et pour le théâtre c’est Benno Besson, auprès de qui, à l’âge de 14 ans, vous jouez dans « Sainte Jeanne des Abattoirs ».

Votre carrière sera donc double, de comédienne et de chanteuse. Elle est trop riche et trop connue pour être récapitulée ici. Vous avez été Nora, Emilie Dickinson, Vera Baxter, Penthésilée ou Lioubov ; vous avez été séductrice chez Schnitzler , pétulante chez Molière ; vous avez joué pour les plus grands, de Joël Jouanneau à Claude Stratz, au cinéma pour Yves Yersin et Jacqueline Veuve, et avec les plus grands aussi, comme dans votre récent duo en compagnie de Jacques Michel, dans « Automne » de Julien Mages.
Vous avez participé à deux aventures collectives qui ont contribué à renouveler le théâtre romand, dans ces années où tout était à refaire, au Théâtre populaire avec Charles Joris, puis avec André Steiger, avec qui vous avez fondé le T Act. Chanteuse, vous avez enregistré un nombre considérable d’albums. Et puis, surtout, vous avez créé vos propres spectacles, en forme de collages, où ça chante, où ça dit, ça rugit, ça rit, ça frémit, ça se souvient ; des spectacles qui sont aussi bien des manifestes politiques que des confessions personnelles, où l’histoire intime rejoint l’histoire collective, des spectacles où vous parlez de vous pour mieux parler aux autres.
Alors, quels sont les mots qui peuvent qualifier ce parcours à la fois si divers et si cohérent ?
Le premier qui vient à l’esprit, je crois, c’est le courage. Vous avez mis en acte, à chaque bifurcation, l’exigence de vérité plutôt que le désir de plaire. Vous avez refusé des propositions dorées sur tranche pour garder votre âme. Plus de 100 spectacles sans un compromis. Savoir dire non pour pouvoir dire oui, pleinement. C’est ainsi qu’on construit une œuvre, avez-vous dit un jour. Et c’est juste : vous êtes l’engagement incarné, votre parcours a des contours nets, identifiables, parce que vous vous obstinez à le miser sur des valeurs, - cette force de conviction qui aujourd’hui tend à se dilue dans le narcissisme connecté et dans l’obsession du chiffre. Vous, vous n’avez pas de smartphone. Et de nos jours, c’est un acte de résistance.
Le deuxième mot qui vient à l’esprit, c’est l’indignation. Celle de la petite fille que les sœurs de l’Ecole de Notre-Dame du Valentin, à Lausanne, ne questionnaient jamais en classe sur les prières qu’elle savait pourtant par cœur, parce qu’elle était pauvre, et qui a compris très tôt ce que la relégation sociale veut dire. Aussitôt après viendra l’expérience de la discrimination faite aux femmes, qui orientera si souvent vos spectacles, notamment « Histoire d’elles », pour ne citer que l’un des plus fameux.

Et puis j’en ajoute un troisième. C’est la bienveillance.
Vous avez un jour cité cette phrase de Beethoven : « Il n’y a pas d’autre marque de supériorité que la bonté ».
Eh bien, vous êtes une grande beethovénienne. Vous déclinez le verbe aimer à l’infini, dans votre engagement sans cesse tourné vers le meilleur de l’humanité, vers l’émancipation et la liberté, vers la compassion et la solidarité. C’est sans doute de savoir si bien aimer que vous êtes, Yvette Théraulaz, si bien aimée en retour. Il y a dans l’admiration qui vous est portée une affection très particulière, chaleureuse et fraternelle. Parce que vos rages et vos insolences, vos larmes et vos rires sont de ceux qui réveillent les consciences assoupies, qui rallument les émotions éteintes et consolent les blessures enfouies.
Et qui font rire, aussi. Car tout cela serait terriblement grave sans votre humour et votre autodérision, qui fait qu’en général vous êtes, dans vos spectacles, la première victime de votre lucidité et de vos piques.
Vous avez dit un jour que la phrase que vous détestez le plus c’est « Tais-toi !», parce que vous l’avez trop entendue dans votre enfance. Dieu merci, vous n’avez pas obéi. Vous n’en avez fait qu’à votre tête et qu’à votre cœur.

Alors, à vous qui savez si bien faire vivre Barbara dans le spectacle triomphal que vous lui avez consacré, cette Barbara dont la grâce obscure vous a touchée si fort, à l’âge de 15 ans, qu’elle vous a lancée sur la route de Paris pour suivre ses traces, Barbara dont le mal de vivre a pu être un double de celui qui vous a parfois accablée, et dont l’humour canaille serait un grand frère du vôtre, alors oui, nous avons envie de vous dire aujourd’hui, chère Yvette Théraulaz: Notre plus belle histoire d’amour, c’est vous.

Jean-Jacques Roth


Prix culturel Leenaards 2018


masquer le texte



AUTOMNE De Julien Mages

avril 2018  AUTOMNE De Julien Mages

Par L’Oiseau à Ressort, mise en scène de Jean-Yves Ruf

Un couple d’octogénaires vient au théâtre pour voir la pièce d’Horvath, Légendes de la forêt viennoise.

lire la suite

Ils se sont trompés d’horaire et se voient obligés de patienter durant une heure. Ce temps de l’attente devient un espace de parole. Ils se rappellent les mises en scène qu’ils ont déjà vues de la pièce, puis leur enfance, parlent de leur couple, de leurs enfants, de la mort qui approche. C’est toute une vie qui défile sous nos yeux avec ses joies, ses regrets et ses aveux. Un texte tendre et cruel, sur l’amour, la mémoire et la transmission. Le paysage partagé de deux vies qui s’entretissent.


AUTOMNE


masquer le texte



CRIME ET CHÂTIMENT De Fiodor Dostoïevski

févr. 2013  CRIME ET CHÂTIMENT De Fiodor Dostoïevski

Mise en scène Benjamin Knobil

Crime et Châtiment est considéré comme l’archétype des romans policiers modernes. On suit le cheminement psychologique de Raskolnikov, étudiant russe affaibli et sans le sou, tourmenté part un crime odieux ; celui d’une vieille usurière, Yvette Théraulaz, qu’il appelle « un pou », pour, selon lui, faire de la Terre un endroit meilleur.

lire la suite

Mais l’affaire ne se passe pas comme prévu et il est contraint d’assassiner aussi la sœur de l’usurière, une innocente jeune femme. Malade et affaibli, entre deux bouffées délirantes, il est pris entre les mailles de plus en plus aiguisées du juge et de Sonia, une jeune fille qui se prostitue pour aider sa famille. Poussé à bout, il décide de confesser son crime et est déporté en Sibérie.On ne présente plus Dostoïevski, grand maître de la littérature Russe du XIXe siècle auteur de chefs d’œuvre universels tels que les «Frères Karamazov», «Le Joueur» ou «l’Idiot». «Crime et Châtiment», chef-d’œuvre publié en 1866 est une lecture qui secoue, qui remue au profond de nous car à travers ses personnages outranciers Dostoïevski nous parle de nos sociétés violentes, du combat entre la conscience et la folie de nos pulsions ainsi que de nos interrogations métaphysiques.
On retrouve ces thèmes transversaux comme un fil rouge dans le travail d’écriture et de mise en scène de Benjamin Knobil. Et pour cause, car ce roman fut pour lui il y a vingt ans un choc littéraire qui n’a cessé d’irriguer sa sensibilité et sa réflexion. En adaptant pour la scène Crime et Châtiment, c’est l’occasion pour la Compagnie d’effectuer retour aux classiques tout en poursuivant son travail pointu de dramaturgie et d’écriture. Une adaptation théâtrale est clairement une histoire de choix ; Crime et châtiment est un roman fleuve de mille pages. La ligne directrice ici est de resserrer l’action sur les personnages principaux et de dessiner en creux les autres protagonistes.


Création à la Grange de Dorigny du 17 au 26 janvier 2013
Petit Théâtre de Sion du 31 janvier au 2 février 2013
Arbanel Treyvaux le 22 et 23 février 2013
Théâtre du Grütli à Genève du 5 au 24 novembre
Théâtre de la Madeleine à Troyes le 26 novembre 2013
Théâtre Palace à Bienne le 13 janvier 2014
Théâtre de l’Atalante à Paris du 17 janvier au 9 février 2014

Adaptation et mise en scène
Benjamin Knobil

Avec
Yvette Théraulaz (2013) puis Dominique Jacquet (2014)
Loredana von Allmen
Romain Lagarde
Mathieu Loth
Frank Michaux

Assistanat à la mise en scène
Agathe Cantero

Dramaturgie
Carine Corajoud

Lumière
Laurent Nennig

Décor
Jean-Luc Taillefert

Assistante décor et suivi de tournée
Stéphanie Lathion

Costumes
Olivier Falconnier

Décor sonore
Jean-Pascal Lamand

Transformation des têtes et accessoires
Viviane Lima (remerciements à François Junod)

Régie son et tournée
Julien Mayor


Crime et Châtiment / Extrait


masquer le texte



à découvert de manon pulver

mars 2012  à découvert de manon pulver

Mise en scène Daniel Wolf

Yvette Théraulaz joue Mme Paméla Brenner, la mère.
Stella a quarante ans aujourd’hui. La famille se réunit, on sabre le champagne, on essaie de faire vite: chez les Brenner, on n’aime pas le déballage. D’ailleurs, la maison familiale a été transformée en galerie d’art contemporain et il ne faudrait surtout pas que du désordre puisse surgir. Mais voilà que la mère arrive en retard.

lire la suite

Elle a amené le beau-père, qui a amené son chien, qui a tôt fait de se soulager sur le sol de la galerie: «Ce n’est pas sa faute, tout ce vide, ça déstabilise». Le tableau de famille est souillé. C’est le moment de régler ses comptes, à découvert. Il était temps: les Brenner sont au bord de la faillite.
Cela se passe tout près de nous, au bord du lac Léman. Tout près de nos catastrophes personnelles, quand la famille est en crise et que les générations s’opposent, quand le temps est venu de négocier le tournant de la quarantaine. Mais à travers les conflits qui animent le foyer Brenner se révèlent aussi les paradoxes et les bizarreries de notre société. L’intimité de la famille devient alors le terrain d’une analyse, mordante et drôle, du monde contemporain.

Manon Pulver est auteur et dramaturge. Ses textes ont été mis en scène notamment par Marie Vayssière et André Steiger.

Daniel Wolf est comédien et metteur en scène. Il travaille depuis plus de vingt ans au sein d’institutions et de compagnies indépendantes en Suisse romande. Il a récemment mis en scène un texte de Jon Fosse, Hiver, au théâtre Le Poche à Genève.
Après Au bout du rouleau, créé en 2007, le tandem fait son retour à la Comédie.

avec Elodie Bordas / Cédric Dorier / Thierry Jorand / François Nadin / Viola von Scarpatetti / Yvette Théraulaz
scénographie
Michel Faure et Carmen Perrin
costumes
Anna Van Brée
lumière
Michel Faure
vidéo
Michel Favre
mobiliers et accessoires
Noëlle Choquard
assistant à la mise en scène
Cédric Dorier


A découvert


masquer le texte



Barbelo, à propos de chiens et d'enfants de Biljana Srbljanovic

sept. 2009  Barbelo, à propos de chiens et d'enfants de Biljana Srbljanovic

Mise en scène Anne Bisang

L'action se passe aujourd'hui, dans la Serbie en transition. Chez moi, en bas dans un trou. Et autour. B.S.
Yvette Théraulaz joue le rôle de la femme à chiens à la Comédie de Genève puis tournée en Suisse, France, Belgique et Serbie

lire la suite

C’est donc une pièce à propos de chiens et d’enfants, de rôles inversés et
de situations renversantes. À propos d’un homme politique puissant, effrayé
par la boulimie de son fils de huit ans. À propos d’une jeune femme, sa
maîtresse, qui accouche d’un mystère mais pas d’enfant. D’un vagabond qui
appelle son chien « maman ». D’un flic qui n’aurait jamais quitté sa chambre
d’enfant. À propos d’errances et de retrouvailles. À propos d’un monde en
transition, sens dessus-dessous qui ne demande qu’à renaître. Une comédie
des commencements, une échappée belle, une fresque carnavalesque qui
nous entraîne sur les rivages de l’amour originel et de la métaphysique.
Un poème ample comme une tragédie grecque. Décoiffant comme une
fantaisie burlesque.

Avec : Fabrice Adde / Céline Bolomey / Gabriel Bonnefoy / Nicole Colchat / Armen Godel / Yvette Théraulaz / Jean-Benoît Ugeux / Lise Wittamer
scénographie Anna Popek
assistante à la mise en scène Stéphanie Leclercq
dramaturgie Stéphanie Janin
création lumière Laurent Junod
costumes Solo-Mâtine
création son Jean-Baptiste Bosshard
vidéo Alexandre Baechler
maquillages Arnaud Buchs
régie générale Edwige Dallemagne



masquer le texte



page 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12  ►►



copyright Yvette Théraulaz - conception et réalisation Fabrique d'images